Que fera le tabac avec la puissance d’un homme ?

Tout le monde sait que le tabagisme à notre époque est un problème social de la société, à la fois pour sa partie fumeur et non-fumeur. La première catégorie de notre société est tourmentée par la question du sevrage tabagique, la seconde essaie de se protéger de l’influence de la société du tabagisme. Sans doute, le tabagisme nuit à la moitié des hommes et des femmes, mais cet article vous fournira des informations sur la manière dont le tabagisme affecte la puissance, comment les deux concepts de tabagisme et de puissance sont liés.

Comment le tabagisme affecte-t-il la puissance ?

Le nombre de cigarettes fumées ne joue pratiquement aucun rôle dans le mécanisme de formation de puissance. Tout est dans les vaisseaux. La pathogenèse du développement de la puissance et / ou une diminution de la libido chez les fumeurs est associée à une altération de la fonction vasculaire. Premièrement, en raison de l’influence directe de la nicotine et des produits de combustion des cigarettes sur le tonus vasculaire, et d’autre part, en raison de la rhéologie du sang (viscosité accrue) et de la formation de plaques athérosclérotiques.

Le travail destructif des facteurs nocifs du tabagisme va dans trois directions. Le premier est la dystonie des vaisseaux. L’érection dépend directement de l’état et de la tonicité des vaisseaux – les corps caverneux doivent être remplis activement et complètement pour assurer une érection complète. Le spasme des vaisseaux sanguins sous l’influence de la nicotine ne contribue pas à cela.

Le deuxième facteur pathologique – la formation de plaques d’athérosclérose sur les parois des vaisseaux – le tabagisme et l’athérosclérose sont directement et sans ambiguïté. Dans ces conditions, les vaisseaux semblent être remplis, mais en raison du « remplissage » de leurs plaques, le remplissage complet ne se produit pas, la dysfonction érectile ne se fait pas attendre.

Et, enfin, le troisième facteur est l’impact du manque d’activité sexuelle (en raison d’une réduction de l’érection, des échecs) dans la production d’hormones. Il n’y a pas de vie sexuelle – il n’y a pas assez de production d’hormones : tout est fourni dans le corps. En fait, pourquoi le système endocrinien devrait-il fonctionner pleinement, si la vie sexuelle, c’est le moins que l’on puisse dire, est très conditionnelle ?

Vous ne pouvez pas négliger la composante mentale : l’échec réduit le désir, forme des complexes qui oppriment davantage la fonction sexuelle, et affecte à nouveau la production d’hormones.

L’abandon du tabac améliore votre puissance

Chacun de nous a une question complètement banale : pourquoi tous les fumeurs ne sont-ils pas impuissants ? Pourquoi personne sur son propre exemple ne voit un lien direct, apparemment, entre le tabagisme et la puissance ? Premièrement, le facteur de sécurité du corps humain joue un rôle. Deuxièmement – les facteurs individuels. Chez quelqu’un les glandes endocrines et sexuelles sont capables de travailler en pleine force, même dans des conditions de stress hypoxique, et quelqu’un n’est pas présent.

L’âge, la santé générale, l’expérience du tabagisme, son activité – tout cela diffère également d’une personne à l’autre. Mais immédiatement il devient évident l’effet positif de cesser de fumer sur la puissance, il est seulement nécessaire d’arrêter de fumer. Au début, le code « fou » pour la joie sans cigarettes du corps vient à la vie, il semble que tout n’a fait qu’empirer : l’irritabilité, la douleur, la nervosité – où même ici la libido et le sexe.

Mais après un mois, quand les vaisseaux arrivent à un ton normal, les changements sont perceptibles : l’érection est devenue plus confiante, les rapports sexuels sont devenus plus longs, le désir apparaît plus souvent et il est plus prononcé. Ainsi, la puissance après avoir quitté est restaurée précisément en éliminant les facteurs nuisibles et pathologiques de la femme de tabac et de la nicotine.

L’influence sur la puissance masculine de la consommation de marijuana

Et comment sont les choses avec les fumeurs de « ganja » ? De même. La fumée, en fait, ne se soucie pas de quoi elle est faite. Une grande quantité de substances nocives de combustion, d’une manière ou d’une autre, tôt ou tard, mais affectera les navires.

Il y a un autre effet dont on ne se souvient pas toujours lorsqu’on parle des prétendus « bienfaits » du tabagisme « marijuana » – la relaxation, la paresse et ce qu’on appelle aujourd’hui le nihilisme. Pas de désir – eh bien, ne le fais pas. Ça n’a pas marché, accrochez-le, détendez-vous. Pendant ce temps, le corps subit déjà une restructuration hormonale, au niveau des réactions physiologiques : il n’y a pas besoin – pas d’hormones.

Enfin, beaucoup de ceux qui fument « herbe » constatent des difficultés avec les éjaculations, lorsque l’acte sexuel ne se termine pas par l’éjection de sperme et d’orgasme, et ce processus apparemment sans fin s’épuise à l’épuisement, mais sans plaisir. Une autre plainte typique est la douleur avec l’éjaculation, qui n’ajoute pas non plus à l’attraction des rapports sexuels.

Comment un homme peut-il restaurer la puissance ?

Donc, il a été décidé : cesser de fumer et restaurer la puissance. Comment et quoi ? Tout d’abord – rien. Il suffit d’arrêter. Catégoriquement interdit Viagra et ses analogues contenant du sildénafil. Les vaisseaux épuisés peuvent donner une réaction imprévisible aux stimulants du tonus vasculaire.

Un repos complet, un sommeil suffisant, une nutrition normale – après 2-3 mois, un maximum d’une demi-année le corps reviendra à la normale, et la puissance sera restaurée avec la normalisation du tonus vasculaire. C’est la grande force du corps humain, dont les réserves permettront de surmonter même les problèmes de santé les plus graves, y compris les troubles de la puissance liés au tabagisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *